Notation du compte-rendu (CR) de la séance de travaux pratiques (TP)

Présentation
    - présentation générale ;
    - statuts des paragraphes (en rouge, soulignés, à la ligne...) ;
    - traits à la règle ;
    - pas d'abréviation (notez la différence entre abréviation et symbole, e.g. L est le symbole de litre, tandis que e.g. est l'abréviation de par exemple) ;
    - au moins deux couleurs.

Cohérence entre un schéma et :
    - un autre schéma ;
    - le protocole de l'expérience ou l'expérience elle-même ;
    - une mesure ;
    - la réalité.

Respect du protocole

Orthographe des mots scientifiques

Orthographe mathématique
    - un : n'est pas un =
    - si un signe égal est nécessaire, il faut le mettre.

 

Valeurs numériques
Une mesure vient d'une comparaison entre deux grandeurs : celle que l'on veut mesurée et celle qui sert de référence (notée par la graduation).
Si nous comparons deux valeurs numériques, l'une peut être par rapport à l'autre :
    - plus grande : on utilise alors le signe > ;
    - égale : on utilise alors le signe = ;
    - plus petite : on utilise alors le signe < .
Si une valeur est même dix fois plus grande que l'autre, on peut, dans certains cas, utiliser le signe "très supérieur à" qui ressemble à >> . (il y a aussi le << pour "très inférieur à".

Au-delà de la physique, le cours travaille la rigueur, la cohérence et la logique : trois choses qui vous seront utiles dans la vie.

 

Discussion sur la conclusion

Cette expérience a été conçue pour montrer le caractère compressible et expansible des gaz.
Et c'est ce que nous montrons avec les mesures différentes du volume initial et du volume final, dans un cas plus petit et dans l'autre plus grand que l'autre.

Cela dit, en faisant l'expérience, nous avons l'impression qu'il est plus facile de détendre un gaz que de le comprimer, ou que l'expansibilité d'un gaz est plus grande que sa compressibilité.
Pour confronter notre hypothèse à la réalité de l'expérience, nous calculons les rapports volume initial / volume final et son inverse pour la compression et l'expansion.
Les résultats nous montrent que, dans cette expérience, nous avons comprimé l'air bien davantage que nous ne l'avons détendu.
Pouvons-nous dire que l'air est plus facilement expansible ou plus facilement compressible ?...
Eh bien cette expérience ne nous permet pas de répondre à cette question car pour savoir cela, il faudrait pouvoir comparer.
Et la seringue étant limitée, nous ne pouvons détendre l'air que 2 fois environ dans cette expérience.
Il faudrait donc concevoir une autre expérience pour savoir si un gaz est plus facilement expansible que compressible.
Avez-vous une idée ?...