Le but de cet exercice est d'écrire dans chaque cas la réaction chimique.

Les tests : H2O, CO2, H2
1) On verse une goutte d'eau sur du sulfate de cuivre anhydre (CuSO4) : cela forme du sulfate de cuivre pentahydraté de couleur bleue. (test de l'eau H2O)

2) On fait passer du dioxyde de carbone dans de l'eau de chaux (Ca2++2 HO-) : un précipité blanc apparaît (de formule CaCO3 : de la craie !). Pour équilibrer votre réaction, on signale la formation d'eau. (test du dioxyde de carbone CO2)

3) On approche une allumette d'un tube à essais contenant du dihydrogène gazeux. Il y a une petite détonation (certains disent que le gaz aboie). Des goutelettes se forment sur la paroi du tube. En versant ces goutelettes sur du sulfate de cuivre anhydre, ce dernier bleuit. (test du dihydrogène H2)

N.B. (nota bene = notez bien) : retenez que :
- si un liquide bleuit le sulfate de cuivre anhydre, alors c'est de l'eau ;
- si un gaz trouble l'eau de chaux, alors c'est du dioxyde de carbone ;
- si un gaz "aboie", alors c'est du dihydrogène.
Une solution qui contient des ions cuivre II Cu2+ a une couleur bleue caractéristique : très souvent, une solution bleue contiendra des ions cuivre II Cu2+.

Combustion des alcanes

4) On brûle du méthane et on obtient un gaz qui trouble l'eau de chaux et un corps qui bleuit le sulfate de cuivre anhydre.

5) On brûle du propane et on obtient un gaz qui trouble l'eau de chaux et un corps qui bleuit le sulfate de cuivre anhydre.

6) On brûle du butane et on obtient un gaz qui trouble l'eau de chaux et un corps qui bleuit le sulfate de cuivre anhydre.

Combustion

7) Admettons qu'une bougie est essentiellement composée de stéarine de formule C57H110O6. La combustion d'une bougie engendre du dioxyde de carbone et de l'eau.

Autres réactions

8) Pour fabriquer de la chaux CaO, on chauffe aux environs de 1000°C du calcaire, de formule CaCO3. Il se forme également du dioxyde de carbone.

9) Pour fabriquer du silicium Si, on chauffe aux environs de 1700°C de la silice SiO2 (composé majoritaire du sable) et du carbone. Il se forme également un gaz dangereux, invisible et inodore, qui engendre la mort par asphyxie : le monoxyde de carbone CO.

10) Le carbone réagit avec l'oxyde de cuivre (II) de formule CuO pour former du cuivre et un gaz qui trouble l'eau de chaux.

11) Quand elles sont éclairées, les plantes vertes fabriquent du sucre (saccharose, C12H22O11) à partir du dioxyde de carbone de l'air et de l'eau. Elles libèrent par la même occasion du dioxygène dans l'air.

12) En versant de la soude (Na+ + HO-) dans une solution contenant des ions fer II (Fe2+) il se forme un précipité vert. Les ions Na+ sont des ions spectateurs.

13) En versant de la soude (Na+ + HO-) dans une solution contenant des ions zinc II (Zn2+) il se forme un précipité blanc gélatineux. Les ions Na+ sont des ions spectateurs.

14) En versant de la soude (Na+ + HO-) dans une solution contenant des ions fer III (Fe3+) il se forme un précipité rouille. Les ions Na+ sont des ions spectateurs.

15) En versant de la soude (Na+ + HO-) dans une solution contenant des ions cuivre II (Cu2+) il se forme un précipité bleu. Les ions Na+ sont des ions spectateurs.

16) En versant de l'acide chlorhydrique sur du fer, il y a un dégagement gazeux (ce gaz donne de l'eau par combustion). Pour identifier l'autre produit formé, on verse de la soude. Il se forme alors un précipité vert.

17) On plonge des tournures de cuivre dans une solution de nitrate d'argent (une solution de nitrate d'argent contient les ions argent Ag+). On observe le bleuissement de la solution et l'apparition d'une arborescence argenté sur les tournures de cuivre.

18) On verse une solution de sulfate de cuivre sur de la limaille de fer. La solution verdit progressivement tandis qu'un dépôt rougeâtre apparaît.

19) Pour obtenir du fer, on chauffe (dans un haut fourneau) du sesquioxyde de fer Fe2O3 avec du monoxyde de carbone.

20) En faisant réagir de l'oxyde de fer magnétique Fe3O4 avec du monoxyde de carbone on obtient du fer et un gaz qui trouble l'eau de chaux.

21) En grillant de la pyrite FeS2 on obtient du sesquioxyde de fer et du dioxyde de soufre. (un grillage est un chauffage dans un courant d'air)