Créer, c'est se résoudre à l'imparfait

 

La justesse de cette citation, d'un auteur oublié, décrit la situation de la rédaction.

A chaque numéro paru, une fois close la chasse aux fautes et autres coquilles, la bousculade de l'impression terminée et l'envoi expédié, voilà qu'en feuilletant le produit achevé une erreur apparaît.

Puis une deuxième, une troisième… voire davantage !

Une question d'âge ?

Non.

 

Certains élèves, et certaines personnes d'une façon plus générale, s'abstiennent de produire : le décalage entre leur idée et ce qu'elle devient à l'oral, à l'écrit, dans la matière ou mise en gestes… leur est insupportable.

Alors ils ne font… rien. Ou presque.

 

Mais finalement, pourquoi écrire, parler, faire ou montrer ?

Quel statut a une feuille imprimée ?...

Comme le dit un poème du 6ème Dalaï Lama (1683 - 1706),  

« les écrits à l'encre noire, une goutte les efface ;

mais ce qui est écrit dans votre esprit y demeure à jamais ».

 

Et si finalement, la finalité de l'écrit était d'être lu… par un autre?... (un autre que moi, ou moi-même à un autre moment ou un autre endroit)

Ou même davantage que lu : évoqué, c'est-à-dire promu à une existence mentale ?...

Finalement, une des finalités de toute production est d'être évoquée.

 

C'est d'ailleurs une des raisons du choix du terme "évocation" par Antoine de La Garanderie pour traduire un des deux concepts fondateurs (avec la notion de projet) de la pédagogie des gestes mentaux (gestion mentale).

Créant une étymologie signifiante, il donne au E de évocation, le sens d'être : le monde a vocation à être dans notre conscience, et nous avons vocation à être dans le monde.

Cette double articulation traduit un positionnement philosophique de la "Gestion Mentale" : quoi de plus naturel pour cette phénoménologie des actes de connaissance.

 

Mais nous voilà bien éloigné de l'encre, de l'eau qui l'efface et autres coquilles, pourrions-nous penser…

Vraiment ?...

Dit autrement, un texte imprimé, bien plus que lu, a à être pensé. Il est une invitation à se rendre par la pensée dans la direction indiquée par cet écrit.

Il va non seulement être pensé mais faire penser à.

 

Alors, oui, une création peut bien être imparfaite, sur le papier, si elle permet à l'esprit de se mouvoir, voire s'émouvoir.

À vous de voir.

 

Frédéric Rava-Reny